Survie à la cool

Survie à la cool

 

Juin 2017. le mois le plus chaud depuis 1945. Une canicule de 10 jours nous écrase. 37,38, 39 degrés, et pas de fraîcheur la nuit. J’ai l’impression que tous les jours une comète en fusion traverse notre ciel au ralenti et enflamme les routes, les jardins, les trottoirs.
De plus les lieux de baignade ne sont pas tous accessibles, ou surpeuplés, et on est tous en tenue de boulot, ça n’aide pas.

Et donc j’ai décidé de jouer à The Long Dark, torse nu, avec le ventilo à côté, pour voir si ça marche.

Toujours en accès anticipé, ce jeu de survie se spécialise dans un environnement glacial, dans lequel vous avez atterri.
Enfin, disons crashé.

Alors on a froid ? Oui plutôt. Quand le blizzard souffle, je sens les rafales qui mordent mes bras et mes joues.
Même avec ce soleil éclatant, la température est plus que glaciale. Le ressenti est de -24 degrés. Il faut que je trouve de quoi réparer ce manteau troué, et de quoi me nourrir, pour que l’apport calorique m’aide à résister au froid.

Se nourrir, se couvrir, faire un peu de feu, tous ces gestes deviennent cruciaux.

Et il faut aussi garder le moral, car les nuits dans les maisons abandonnées sont NOIRES (remarquez ça s’appelle The Long Dark).

Pas de lueur, de torche infinie, de luminescence de pierres dans les murs, tous ces éléments factices qui, dans beaucoup de jeux, permettent au joueur de voir la nuit  sont ici absents.
Et ça produit son effet.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s